mai 29, 2024

L’exécutant et l’homme de confiance Denis Kadima Kazadi promet l’enrôlement des Congolais de Afrique du Sud, Belgique, Canada, France et USA sur les 66 représentations diplomatiques de la RDC à l’étranger.

Un flou total règne sur les critères d’enrôlement car aucune des représentations diplomatiques de la République Démocratique du Congo est capable de présenter les listes à jour de l’enregistrement consulaire de nos compatriotes.

Deuxièmement, la nationalité congolaise est une et exclusive.

La CENI doit trouver un consensus avec le pouvoir, l’opposition politique et la société civile pour déterminer si les Congolais ayant acquis la nationalité de leurs pays d’accueil peuvent aussi s’enrôler ou pas ?

Outre, le cas des Congolais ayant le statut de réfugié politique qui ne doivent pas rentrer en contact avec l’administration de leur pays d’origine parce qu’ils sont sous protection internationale ou subsidiaire.

Troisièmement, la CENI prétend avoir le problème financier mais elle choisit 5 pays lointains où le coût de vie est élevé qu’en RDC pour envoyer ses agents effectuer l’enrôlement.

Pourquoi avoir choisi l’Afrique du Sud, la Belgique, le Canada, la France et les USA en excluant délibérément d’autres Congolais de la diaspora en violation de notre constitution qui dispose que les Congolais sont tous égaux ?

Plusieurs voix se lèvent dans les rangs de la diaspora en Europe pour dénoncer le ciblage de ces cinq pays d’expérimentation du fait qu’il y a une forte communauté Kasaienne qui vit là-bas.

Ce qui motiverait le choix du pouvoir de Kinshasa et de sa CENI.

Et pourquoi l’actuel président de la République et sa CENI n’ont choisi les pays limitrophes de la République Démocratique du Congo pour l’enrôlement des Congolais et cela coûterait moins à l’État que le voyage + séjour de ses agents en Afrique du Sud, Belgique, Canada, France et les USA.

Comme pays limitrophes pour l’enrôlement des Congolais de l’étranger : 1) République du Congo 2) République d’Angola 3) République Centrafricaine 4) République de Zambie et 5) République de Tanzanie.

Le transport des kits électoraux seront rapides et moins coûteux dans ces pays limitrophes que dans les 5 pays lointains choisis par l’actuel président de la République et sa CENI pour leur avantage électoral parce qu’il y a une forte communauté Kasaienne qui vit là-bas.

Si l’actuel président de la République et sa CENI ne trouvent pas consensus avec l’opposition politique et la société civile, il y a risque que l’opération d’enrôlement en Afrique du Sud, Belgique, Canada, France et les USA soit perturbée et empêchée par la diaspora opposée au pouvoir usurpé et finissant de Kinshasa.

GM-Analyste politique

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *