février 24, 2024

Qui aurait cru que malgré ses déclarations populistes contre les Américains au profil de la Russes, Tshilombo et toute sa présidence de la République, ainsi que son gouvernement allaient paniquer, rien qu’à l’appel de Washington leur annonçant une série des sanctions ciblées contre nombreux cadre du pouvoir, du gouvernement, jusqu’à la machine électorale de Dénis Kadima, suite au bras-de-fer d’un FATSHI soulé par le pouvoir veut lancer aux USA en tournant la RDC à la Russie?

L’expert en relations internationales et sécurité internationale, Grâce Lusakumunu explique en effet que les déclarations populistes de Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi ainsi que de son ministre de la défense à Moscou contre les Américains, n’a fait qu’irriter Washington qui promet la foudre au président sortant et à tout son pouvoir.

Un appel qui a terrifié, révèle Lusakumunu, la présidence de la République notamment Tshilombo lui-même d’ordonner à son même ministre de la défense de tout faire pour arranger avec l’Amérique, blamant même ses déclarations à Moscou alors que le ministre en question ne parlait que sous impulsion de ce même Tshilombo Antoine.

« La honte de voir le ministre de la défense, mouillé pour contacter d’urgence le Lundi 29 août dernier, l’ambassade américaine afin de solliciter contre toute attente un appuie militaire des Américains aux FARDC, la même demande pourtant faite également à Poutine », développe Grâce Lusakumunu, tout en signifiant : »quoi qu’il en soit la relation privilégiée avec les USA, Washington a déjà tourné la page Tshisekedi et promet maintenir ses sanctions contre nombreux collaborateurs têtus de celui-ci, dont le ministre de la défense et aussi le chargé de mécanisme de suivi monsieur Ibalanky qui tous ont déclaré l’intervention de la Russie en RDC et promet des jours sombres au pouvoir de Kinshasa ».

« Voilà ce qui arrive lorsqu’on pense que les relations internationales sont comme la classe politique congolaise où l’on peut dire une chose et faire son contraire tout en changeant indéfiniment de position, oubliant qu’ici il n’y a pas de place pour de caprice mais seulement des conséquences. Et ce temps que pensera Poutine, lui qui déteste la lâchetée », prévient Lusakumunu.

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *