février 25, 2024

Jean -Pierre c’est fini ! Alors fini pour un grand leader, qui avait fait de l’équateur sa propriété privée, du temps de Joseph Kabila, qu’il accuse aujourd’hui, d’avoir déstabilisé l’équateur, c’est pourquoi il a pris les armes, certes pour ses intérêts puisque, cela lui a valu le poste de Vice-Président de la République.

Autres temps, autres mœurs, dit-on!

Ce slogan s’applique chez Jean Pierre Bemba, qui n’a plus le contrôle de l’équateur.

Pour preuve, ses vas et viens à répétition dans ladite province qui en principe ne devriez plus être une priorité pour lui, d’autres provinces en principe en fait écho.
D’ailleurs, des déplacements qui font de Bemba d’un leader régional comme les PALU, qui n’ont que les Kwango et Kwilu.

Les « kwanda vutuka » « Ndlr: Aller-retour » de Bemba dans l’Equateur, sont synonymes d’un seul mot, « la peur », peur qui a cédé place à la manipulation.

Manipulation? Qui! Bemba est en devenu, champion dans l’art. Surtout quand il
Décrypte l’implantation politique de certains leaders du coin tels que : Jean Lucien Bussa, Guy Loando, Lihau, Makila dans l’Equateur.

Et, Bemba s’en rend compte si vite si, qu’il a perdu l’équateur. A l’idée où les leaders cités ne veulent pas être définis comme leaders de substitution.En refusant de laisser le terrain à Bemba à lui seul!

Schéma que refuse d’endossés, Bussa, Loando, Lihau, Makila, qui ont aussi construit un leadership imposant et ont pignon sur rue dans l’équateur.

Le PM Sama Lukonde, en est une victime de cette imposition et possession de Bussa JL et Loando, Lihau dans l’Equateur.

Ces leaders politiques et personnalités politiques mobilises d’eux-mêmes à chacune de leurs sorties sans faire des tickets.

C’est qui n’est pas le cas avec Jean Pierre Bemba, essoufflé politiquement.

A Boende par exemple, Bemba a obtenu l’appui politique et logistique de Willy Bakongo, l’ex Ministre de l’éducation nationale, qui forme un ticket avec Bemba dans la perspective 2023.

N’eût été, l’appui politique de Bakongo Willy, Bemba allait faire flop mordre la poussière à Boende, province à la solde de Guy Loando Mboyo.

Même réalité à Mbandaka, chef-lieu de l’équation, le Gouv’ de la province a réquisitionné les fonctionnaires de l’administration publique pour accueillir Bemba, d’après nos Câbles. Un acte condamnable !

Ayant su et constater son incapacité de mobilisation, Bemba cherche des boucs-émissaires.

Tantôt, c’est Bussa, tantôt Loando sur ses lèvres. Et, ça va des réunions en réunions stratagèmes contre Bussa -Loando, Lihau, Makila.

C’est été le cas à Mbandaka. Une réunion anti-Bussa, Loando autour de Bemba avec thématique: comment anéantir politiquement ces fils de l’équateur, Bussa -Loando, qui font réveiller Bemba avec des cernes, « Bipoti » chaque matin.

Au finish des réunions, c’est des invectives, accusations gratos.

Cette fois le camp Bemba accuse Bussa et Loando d’avoir casqué 300.000 US afin de saper l’image de Bemba dans la presse. Encore un « Kadiosha » made in Bemba, passé maître dans l’Art de la manip’

Vraisemblablement, Bussa- Loando ne calculent pas Bemba, car, ils refusent d’être cassés dans la catégorie des leaders de substitution connaissant leur capacité de mordre, car, ils s’en sont capables.

En effet, Bemba est lui-même la cause de son impopularité criante dans l’Equateur. C’est à se demander : Si tel est le cas dans l’Equateur, quand en est-il dans autres provinces? Où Bemba refuse de foutre ses pieds. D’où, ce ficsisme dans l’Equateur, qu’il a déjà perdu.

Bemba lui même responsable de son opprobre politique? Bien sûr !

Ses déviations politiques, instabilité ajouter à cela son égo-surdimensionné, lassent le peuple.

Hier, avec Kabila qu’il a caressait, qu’il diabolise aujourd’hui, le revoilà avec Félix Tshidekedi, qu’il loue comme un « Dieu », dont lui-même connaît la contre-partie pas même son parti, dont defois murmurent des cadres.

A la suite de faits décriés, plus l’impopularité et la peur, Bemba joue à la manipulation en accusant abusivement ses collègues Présidents des autres partis politiques ayant même rang politique d’avec le MLC.

Peut être,que les leaders de ces partis à savoir: le CDER de Bussa le parti de Loando ainsi de suite gagneront plus des députés que le « MLC », réputé vieillissant. Qui sait?

YABU

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *