juin 20, 2024

Meeting historique, c’est un véritable baptême de feu pour Vital Kamerhe mardi 13 septembre qui a eu lieu à Masisi depuis décembre 2018, date de la campagne électorale, bien de temps avant la déclaration de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Vital Kamerhe vient de signer cette exception avec sa tournée dénommée Amani, la paix en langue nationale, le swahili.

Pour ce meeting tenu sous une pluie battante, en communion fraternelle avec une foule de plusieurs milliers de personnes, le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) parle sans ambages.

Pour celui qu’on surnomme désormais Baba “leader du grand Kivu”, il n’ y a pas une explication à donner à des divisions nourries entre les communautés appartenant à un seul et unique pays.

«Toutes les tribus doivent facilement se parler et trouver les solutions à leurs problèmes», a-t-il insisté.

Pour lui, ces problèmes se résument d’abord par les conflits fonciers, conflits coutumiers, l’absence criante d’infrastructures de base, les guerres (à éviter) entre les éleveurs et les cultivateurs…ceux qui font manquer à ce peuple la justice et la paix.

Kamerhe n’a pas oublié d’épingler la charge qui incombe au gouvernement afin de satisfaire aux besoins primaires de la population. Il a fort regretté du fait que tous les minerais que possède ce coin de la république n’aient servi qu’à détériorer le territoire de Masisi, réputé parmi ceux qui ne bénéficient pas d’infrastructures de base.

La problématique des taxes et les barrières illégales, est revenue plusieurs fois dans le grand oral de l’ancien speaker de l’assemblée nationale. Comme celle des exploitants artisanaux qui meurent pauvres.

Pour lui, ces problèmes se résument d’abord par les conflits fonciers, conflits coutumiers, l’absence criante d’infrastructures de base, les guerres (à éviter) entre les éleveurs et les cultivateurs…ceux qui font manquer à ce peuple la justice et la paix.

Kamerhe n’a pas oublié d’épingler la charge qui incombe au gouvernement afin de satisfaire aux besoins primaires de la population. Il a fort regretté du fait que tous les minerais que possède ce coin de la république n’aient servi qu’à détériorer le territoire de Masisi, réputé parmi ceux qui ne bénéficient pas d’infrastructures de base.

La problématique des taxes et les barrières illégales, est revenue plusieurs fois dans le grand oral de l’ancien speaker de l’assemblée nationale. Comme celle des exploitants artisanaux qui meurent pauvres.

Très touché par le degré de pauvreté palpée sur place, Kamerhe a signifié qu’il a été formellement saisi de cas des fonctionnaires de l’État non payés (N.P) et des nouvelles unités (N.U) avant son emprisonnement “injuste” à la prison centrale de Makala.

Une situation qu’il promis de suivre de très près dès son retour à Kinshasa.

En route vers Masisi, à peu près 50 kilomètres de la ville de Goma, le cortège du président de l’UNC s’est arrêté plus d’une fois par les mamans, les jeunes et vieux qui ont érigé des barricades humaines. Ce qui a occasionné des meetings de circonstance à Mubambiro, Saké et Mushaki.

Son entrée à Masisi a été plus que triomphale. Une foule immense en liesse qui a failli battre le record de la foule de Goma, l’attendait depuis 10h00 au stadium de Rubaya. Le meeting s’est clôturé par les multiples cadeaux symboliques constitués des différentes richesses minières et Agro-pastorales que regorge le territoire de Masisi.

Pour raison d’insécurité grandissante et des conflits interethniques, le territoire de Masisi était devenu peu fréquentable par ses propres leaders, surtout pour des manifestations d’une telle envergure.

Vital Kamerhe est celui qui vient d’ouvrir le bal avec tout le risque.

CP

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *