juillet 16, 2024

La toile congolaise a été enflammée par la fuite d’un rapport interne de l’Office congolais du contrôle que d’aucuns ont interprété à tort, affirmant que le carburant arrivé en RDC est impropre à la consommation. Allégations rejetées par le ministe des hydrocarbures, Didier Budimbu, au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 14 septembre en compagnie du DG de l’OCC et des pétroliers.

« Ce genre de situations, on a réglé ça plusieurs fois…Le carburant qu’on a acheté a été déchargé au Togo avant qu’il n’arrive ici et il n’y a eu aucun problème là-bas. Mais ici comme on a des normes que nous nous sommes fixées, il y a obligation de régénérer le produit pour qu’il réponde aux normes de la RDC. Mais cela ne veut pas dire que le produit est malsain », a expliqué le ministre des hydrocarbures, appuyant même que ce carburant peut être utilisé comme tel et ça ne posera aucun problème car au Togo où il a été déchargé, il est utilisé comme tel. « Quand les produits arrivent, si nous estimons qu’il y a des écarts, un travail qui se fait au niveau des terminaux. A travers ce travail, on va régénérer ces produits pour qu’il puisse répondre aux normes de la RDC. Donc en réalité ce n’est même pas un problème », a rassuré le ministre.

Didier Budimbu a déploré la diabolisation du secteur des hydrocarbures dont les conséquences peuvent impacter sur tous les secteurs de la vie nationale car le carburant est au centre de toutes les activités économiques. « Nous devons aimer ce pays. Le ministère des hydrocarbures fait partie du Congo. Si vous cassez ce secteur (hydrocarbures : ndlr), vous allez casser l’économie du pays. Vous allez empêcher le peuple de pouvoir manger, de pouvoir se déplacer. Attaquez-vous à moi mais n’attaquez pas le secteur et n’attaquez pas les partenaires », a-t-il lâché amèrement.

Assurance des experts

Prenant la parole, le Directeur général de la Société congolaise des industries de raffinage (SOCIR) a affirmé que son entreprise est déjà prête à faire l’opération de régénération avec le concours de l’OCC pour que le produit soit mis dans les normes du pays. « Pas besoin de s’inquiéter. La Socir dispose des instruments capables de remettre les produits aux normes voulues », a-t-il coupé court.

De son côté, le nouveau Directeur général de l’OCC, Tshimanga Mutombo, a indiqué qu’il y avait plus de peur que de mal. Il s’est fait compléter par le Directeur du département du marketing, le professeur Mukanya Lusanga, qui a expliqué que « les essais (de ce carburant : ndlr) ont eu lieu le 13 septembre, date de la remise et reprise entre l’ancien et l’actuel DG. Et à la même date, les résultats se sont retrouvés sur les réseaux sociaux ». « Le produit a fait l’objet d’un déchargement au Togo et il n’y a eu aucun problème. Le produit est en consignation en Socir pour être régénéré », a-t-il poursuivi, avant d’expliquer que la lettre qui a circulé sur les réseaux sociaux est une correspondance interne à travers laquelle les experts qui ont testé le produit font rapport à la hiérarchie. A bien le suivre, ce rapport est technique et ce langage n’est peut être interprété par le commun des mortels.

Abordant la question relative à l’annulation des vols locaux suite à une prétendue pénurie du kérosène, le ministre des hydrocarbures a affirmé avec acuité qu’il ne se pose aucun problème dans ce sens. Il a insisté qu’il y a suffisamment du kérosène pour permettre aux compagnies d’aviation de desservir toutes les lignes. Allégations confirmées par le DGA de Cobil, affirmant même qu’il y a déjà un autre bateau en direction de la RDC avec ce carburant.

Casimir MBIYAVANGA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *