avril 18, 2024

Faute de la présence de ses membres sur la liste des nouveaux mandataires publics: la CODE de Jean-Lucien Bussa crie à l’injustice en mettant FATSHI face à ses responsabilités sur le respect, l’équilibre la pesanteur des personnalités politiques qui composent l’union sacrée, refusant ainsi de faire le larbin d’un prétendu leadership inexistant dans l’union sacrée…

La Coalition des Démocrates (CODE), conduit par le Ministre du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa se met du côté des mécontents après la vague de nominations dans les entreprises publics.

Pour cause, cette famille politique membre de l’Union sacrée et pas la moindre, qui compte en son sein, des députés nationaux et provinciaux, des sénateurs, des gouverneurs et vice-gouverneur de provinces, dit constater que les candidats à tout les postes attribués à leur structure n’ont pas été retenus pour faire parti des ordonnances présidentielles rendues publiques, le mardi 15 novembre 2022.

“ …Nous prenons la parole pour exprimer notre préoccupation au sujet de l’injustice et du traitement inéquitable de la CODE à la suite de nominations des mandataires publics”, s’indigne Papy Mantezolo, rapporteur de la CODE.

Avant de poursuivre :

“ En effet, depuis l’avènement de l’Union sacrée, aucun membre de la CODE n’a été nommé bien que bénéficiaire de quota attribué comme tout autre regroupement politique de l’Union sacrée. Ce qui ne rassure pas politiquement la CODE et nous fait poser des questions sur la gestion de la coordination auto-proclamée de l’Union sacrée. Ce pourquoi la CODE en appelle à l’implication personnelle du Président de la République enfin que justice soit faite”.

Tout en réitérant leur engagement au sein de l’Union sacrée et en renouvelant leur loyauté au Chef de l’État, la CODE mandate Jean-Lucien Bussa, en sa qualité d’autorité morale de cette famille politique, d’entreprendre de manière urgente de démarches auprès du Chef de l’État à cet effet.

A noter que, en décembre 2020, la Coalition des Démocrates, jadis membre du Front Commun pour le Congo, avait décidé d’adhérer à l’Union sacrée de la Nation, initiée par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi.

De son côté, Bussa est très déçu des agissements de certains cadres de l’union sacrée également dans l’entourage du Président de la République dont certains sont accusés de tripatouillage des listes au lendemain de la vague de nominations dans les entreprises publics, d’après ses proches contactés par C-NEWS.

D’après l’entourage de Bussa, c’est chuchote que, ses agissements présages mauvaise augure dans la perspective 2023, à l’idée d’offrir une majorité écrasante au Président de la République, quand dans l’union sacrée,il y’a certaines personnalités qui travaillent au détriment des autres avec le prétendu leadership qui veut s’imposer à la tête de l’union sacrée qui s’actif au profit de quelques partis politiques notamment, celui du Président du Sénat, Bahati Lukwebo, du MLC de Bemba, UDPS et partis politiques proches de l’actuel Directeur de Cabinet du Président de la République, Guylain Nyembo, qui se sont taillés la part du lion dans la vague des nominations dans les entreprises publics.

Un geste qui a énervé Jean Lucien Bussa au point de saisir les responsables des institutions afin de leur signifier son mécontentement, un mécontentement qui s’apparente à une justice décriée par la CODE.

Pour Bussa, c’est la considération qui compte en politique et non le mépris.

« Senateur Bussa l’est, également Ministre », fonctions qui puis rempiler au lendemain de 2023, mais quand la considération n’existe pas dans une coalition, c’est ce qu’il faut trouver ses intérêts ailleurs c’est ça la politique », bourdonne un Bussite au standard de C-NEWS.

YVES BUYA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *