avril 24, 2024

Dès son arrivée en 2021 au ministère du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, après un état des lieux des entreprises publiques, a constaté une léthargie criminelle à la Congolaise de l’exploitation minière (COMINIERE), une société commerciale para-publique, créée en 2010 et détenue conjointement par l’Etat (90%) et la Caisse nationale de sécurité sociale (10%).

Alors qu’elle détient l’une des mines les plus riches au monde, avec plus de 1,5 milliard de tonne de minerais de lithium, césium et tantale, la COMINIERE, plus de 10 ans après est toujours incapable de transformer son potentiel en richesse réelle par une production minière avé une valeur ajoutée comme la fabrication des batteries électriques.

La faute au gel du gisement de lithium de Manono dont est responsable la firme australienne AVZ MINERALS (AVZ).
En acquérant 60 % de COMINIERE en 2017, AVZ avait la misison d’apporter des capitaux frais pour développer rapidement la mine. Or 5 ans après, AVZ est toujours incapable de faire avancer le projet minier de Manono. A la place, elle se livre à de la spéculation boursière à son profit au détriment et de l’Etat et de la population du Tanganyka en particulier et de la RDC en général, qui attendent des retombées économiques et sociales importantes de leur patrimoine minier. Elle a levé 240 millions $ dont personne n’a vu la couleur. Ni l’Etat, le Fisc ni les populations locales dans le territoire de Manono.

Face à une telle situation, la ministre du portefeuille Adèle Kahinda avait décidé d’insuffler un nouveau souffle au projet en cherchant un partenariat solide à la fois financièrement et techniquement.
C’est là qu’une société chinoise entre dans le projet avec une offre fracassante. Elle proposa le double de la firme australienne. 2 millions $ pour 1% des parts contre 1 million $.

Bien entendu, la ministre accepta cette offre généreuse après quitus du conseil des ministres.
C’est ainsi qu’elle entra dans le projet pour apporter le financement nécessaire recherché.
Son entrée dans le projet a été guidée par l’intérêt général de voir la mine de Manono entrer rapidement dans A phase de production. C’est ce qu’a fait la ministre Adèle Kahinda, honteusement attaqué ça et là alors qu’elle n’a fait que défendre les intérêts économiques de la RDC contre des spéculateurs des titres miniers.

Christian Kakule

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *