avril 24, 2024

Le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, le professeur Tony Mwaba Kazadi, a présidé une séance de travail à l’attention du Corps inspectoral de l’EPST de Kinshasa, réunissant ainsi toutes ses cinq Provinces éducationnelles, sur le thème de la trilogie de l’Inspection scolaire, répondant ainsi au thème de l’année scolaire 2022-2023.

C’est dans la salle des réunions du Lycée Maman Diankeba que s’est déroulée cette cérémonie ce mercredi 11 janvier 2023, en présence du Ministre provincial de Kinshasa ayant dans ses attributions l’Education, qui a connu trois moments forts. Il s’est agi du mot de bienvenue des Inspecteurs Provinciaux Principaux de toute la Ville de Kinshasa, puis de l’allocution de circonstance de l’Inspecteur Général de l’EPST, Monsieur Jacques Odia Musungayi et enfin de la Communication du Ministre.

Prenant le premier la parole, Monsieur Vital Lumbala Kadiata, IPP du Mont-Amba, au nom de tout le corps inspectoral de Kinshasa, a souhaité la bienvenue au Ministre de l’EPST ainsi qu’à toute sa délégation, avant de le remercier pour avoir placé cette année scolaire sous le thème du réveil de la trilogie inspectorale à savoir: former, contrôler et évaluer.
Il a rappelé que l’Inspecteur scolaire, reste l’oeil et l’oreille du Ministre et par conséquent, le défenseur de la qualité de l’enseignement, l’un des piliers de l’action du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a consacré la mise en oeuvre, la consolidation et la pérennisation de la gratuité de l’enseignement primaire, dont le Ministre Tony Mwaba Kazadi est gardien, a-t-il déclaré.

C’est à ce titre qu’il a promis que tout le corps inspectoral attend avec impatience sa communication qui apportera certainement une nouvelle dynamique dans la manière de travailler de l’Inspection à Kinshasa.

Prenant enfin la parole pour sa communication, le professeur Tony Mwaba Kazadi, a rappelé le thème de cette scolaire qui est : »2022-23: année de l’Inspection scolaire ».

Avant d’entrer dans le vif de son intervention, le n°1 de l’EPST s’est interrogé : »Pourquoi consacrer toute une année scolaire à l’Inspection? »

Avant de répondre à cette question, le professeur Tony Mwaba Kazadi a rappelé que c’est depuis 2016 que la RDC s’est doté d’une Stratégie Sectorielle de l’Education et de la Formation qui se décline en trois axes stratégiques.

C’est après un constat de léthargie dans le chef de l’Inspection scolaire que le Ministre a jugé bon de réserver cette année scolaire à la trilogie inspectorale.

C’est à ce propos qu’il est revenu sur le mot d’introduction de l’IPP/Mont-Amba qui a déclaré :  »l’Inspecteur est l’oeil et l’oreille du Ministre et en conséquence, le défenseur de la qualité de l’enseignement », cité Tony Mwaba.

Également, le Ministre Tony Mwaba a indiqué que l’IPP a été rejoint par son chef, l’Ig Jacques Odia qui a parlé du bâton et de la carotte qui implique, suivant sa compréhension, en sa qualité de praticien et enseignant du Droit, qu’il s’agit des Droits et Obligations, cela veut dire, qu’à chaque obligation correspond un droit.

Ainsi, il a ouvert son allocution par les obligations lorsqu’il a déploré que l’Inspection scolaire bat de l’aile. Parce qu’on ne sent l’Inspecteur scolaire que lors des évaluations certificatives. Durant toute l’année scolaire, on ne sent pas l’Inspecteur dont il s’est réservé de rappeler la mission qui est celle de former, contrôler et d’évaluer.

C’est grâce à l’Inspection scolaire que Tony Mwaba Kazadi a pu faire toutes ses études ici au pays, du primaire au Doctorat, sans avoir été à l’extérieur, a-t-il témoigné.

Cette première classe des Inspecteurs scolaires dans notre pays, a poursuivi Mwaba, n’avait pas autant de moyens qu’aujourd’hui. Et pourtant, il suffisait de voir un Inspecteur débarquer dans la salle de classe, sans mot dire, pour observer l’agitation de l’enseignant. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Ce, parce que l’Inspection est le bras séculier du Ministre et non du Ministère. L’Inspecteur est le policier de l’EPST qui doit veiller sur l’application de la gratuité de l’enseignement primaire, de la lutte contre les antivaleurs, …
En d’autres termes, a poursuivi le Ministre, c’est la police de l’EPST pour permettre au Ministre de veiller sur la qualité de l’enseignement.

Malheureusement, les inspecteurs n’attendent que les droits plutôt que les obligations alors qu’il est des questions que l’on peut corriger notamment le cas du Complexe scolaire Tusevo logé dans un bâtiment inachevé à trois niveaux, avec un escalier sans garde-fous et sans fenêtres dont il a ordonné la fermeture tout en instruisant le redéploiement des élèves dans des écoles viables, a martelé Tony Mwaba Kazadi.
Pour effectuer un contrôle dans un pareil bâtiment, il n’y a pas lieu d’avoir un vélo! S’est étonné le Ministre Tony Mwaba Kazadi.

Le professeur Tony Mwaba Kazadi a déploré également le fait que l’Inspection scolaire aille en grève. Or, l’Inspection scolaire, est à l’instar de l’armée ou de la police un corps qui ne peut aller en grève, surtout que nous avons beaucoup de M23 aussi à l’EPST, a-t-il révélé.

Et à ce sujet, le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique a rappelé quelques antivaleurs entretenues par quelques Inspecteurs véreux à savoir : très faible production des Inspecteurs dans tous les modules formation, contrôle et évaluation); très faible contribution à la banque d’ITEMS à cause de la faible maîtrise de la technique de composition et d’analyse des items; tripatouillage de rapports d’inspection. Attiré par le moindre effort, l’Inspecteur reprend ses rapports d’il y a deux ans, trois ans derrière et leur donne la date du jour, comme s’ils venaient d’être produits; monnayage du contrôle des dossiers des finalistes; la tolérance des mercenaires dans les salles de l’Examen d’Etat ; favoriser la tricherie par la mise dans une même classe des élèves d’une même option pour collaborer ; absence de cotation.

Au regard des droits, le Ministre Tony Mwaba a fait observer qu’il s’est déjà engagé pour l’augmentation exponentielle de la prime pour fonctions spéciales dont l’engagement est effectué. A ce sujet, il a fait savoir que le Ministère de l’EPST ne paie pas. Il a déjà engagé. Le dossier est passé au Ministère du budget, il ne reste que sa liquidation au niveau du Ministère des finances.

D’ores et déjà, il a signalé la préparation de l’engagement de la prime d’itinérance dont les travaux seront finalisés sous peu par l’Inspecteur Général. Aussi, le Ministre entrevoit la revue à la hausse des frais de fonctionnement pour l’Inspection Provinciale Principale et l’Inspection de Pool actuellement plafonnés à 400.000.175.000 FC par mois et la recherche des partenaires pour financer les moyens de locomotion.

C’est notamment les démarches qui sont en voie d’être achevées avec le BeCeCO pour l’acquisition des motos.

Il a exhorté tous les Inspecteurs à se mettre au travail parce que son ami reste le travailleur.

A l’issue de cette séance de travail et se livrant à la presse, le Ministre Tony Mwaba Kazadi a déclaré : « L’objet de la rencontre d’aujourd’hui était de rappeler à l’Inspection scolaire sa mission qui se résume à la trilogie inspectorale : former, contrôler et évaluer », a fait retenir le Président de séant, avant de révéler : » Si la qualité de l’enseignement est au rabais aujourd’hui, c’est parce que l’Inspection Scolaire ne fait pas son travail. L’instrument entre les mains du Ministre qui permet de relever la qualité de l’enseignement ; aujourd’hui même avec la gratuité de l’enseignement primaire, la police du respect des mesures de la gratuité, c’est l’Inspection », a-t-il déclaré.

Pour lui, « Cette année scolaire à été dédiée à l’Inspection scolaire pour son réveil, et nous venions d’initier une série des rencontres avec les Inspecteurs pour qu’ils se réveillent et qu’ils accomplissent fidèlement et pleinement leurs missions ».

En rapport avec ce qu’il reproche aux Inspecteurs, le Ministre a répondu: »C’est la léthargie. Ils ne font pas leur travail. Il faut les réveiller, les engager à lutter contre les antivaleurs, à travailler pour relever la qualité de l’enseignement dans nos écoles, à surveiller la mise en oeuvre de la gratuité de l’enseignement primaire dans leurs écoles », a indiqué Tony Mwaba Kazadi.

Et en ce qui concerne leurs droits, le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique répond: « Leurs droits, on en a parlé effectivement, comme on dit à chaque droit correspond un devoir. On leur a parlé de leurs missions et leurs devoirs. En ce qui concerne leurs droits, il faut reconnaître qu’ils ont besoin des moyens pour travailler. Il y a d’autres, on a déjà engagé, on attend qu’ils soient résolus. Il y a aussi une équipe qu’on a mise sur place pour évaluer tous les besoins de l’Inspection scolaire de nos jours pour permettre à celle-ci d’accomplir toutes ses missions. Nous sommes en train d’y travailler dans le budget 2023. Nous allons nous battre pour améliorer aussi leurs conditions de travail », a conclu le professeur Tony Mwaba Kazadi.

Cellule de Communication de l’EPST

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *