mai 30, 2024

Le vice-Premier ministre à l’Economie nationale, Vital Kamerhe, est au cœur de l’actualité depuis la publication le dimanche 2 avril 2023 de la seconde partie de l’interview accordée au magazine « Jeune Afrique ».

Cette interview, affirme Michel Moto, son directeur de communication, a été réalisée en octobre dernier peu après l’acquittement de l’ancien directeur de cabinet du Président Félix-Antoine Tshisekedi.

Ce média a cependant signifié dans son contenu que l’interview date d’il y a « quelques semaines », laissant comprendre que VK, quoi qu’en pleines tractations pour la formation du gouvernement Sama II, n’a jamais pardonné pour le traitement lui réservé lors de son interpellation et incarcération à la prison centrale de Makala.

« J’étais le numéro 2 du pays et on me traitait comme un va-nu-pieds. Je me suis dit que le monde était méchant », a écrit Jeune Afrique qui relaie ainsi un extrait des propos de Kamerhe dans la seconde version de cette vieille interview.

De quoi pousser les Kamerhistes à être suspicieux et à (re)mettre les points sur les i.

« Une première partie de cette interview a été publiée il y a 6 mois. L’honorable Vital Kamerhe y a réitéré sa disponibilité à collaborer avec le Chef de l’État », a précisé Michel Moto dans une mise au point publiée le même dimanche sous forme de thread sur son compte Twitter.

La seconde version de l’interview de VK, publiée dans un contexte bien particulier marqué notamment par une consolidation et/ou conclusion des alliances politiques en perspective des élections de décembre prochain, prête à Kamerhe des intentions présidentielles et revanchardes dans le but de provoquer la méfiance du chef du Président Tshisekedi vis-à-vis de son collaborateur de première heure.

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *