février 21, 2024

Tenez ; ce jeune-homme pas assez expérimenté ne possédant encore moins, de compétence avérée dans la gestion d’un établissement public aux rangs de l’Autorité de Régulation de la sous-traitance, selon plusieurs rapports, a placé les agents et cadres de l’ARSP sous ses sales bottes depuis novembre 22.

À la surprise du monde entier, Miguel Kashal a ordonné aux agents et cadres de l’ARSP de signer contre leur volonté une déclaration à caractère politique ; dans lequel document politique, ces derniers donc agents et cadres de l’ARSP affirment sous pression apporter soutien au directeur général.

La déclaration en question a été lue le mardi 25 avril, dans les locaux de l’ARSP, sur l’avenue Équateur, dans la commune de la Gombe.

Cet événement qui rappelle les années Mobutu a étonné bon nombre des critiques et observateurs avertis, allant jusqu’à confirmer que Miguel Kashal n’est rien d’autre qu’un petit farfelu sans éthique ni compétence et manque même les atouts qu’un responsable est sensés possèder.

« Tous les agents et cadres de l’ARSP n’ont pas apposé de signature sur ce document », rapportent plusieurs câbles de C-NEWS présents à l’événement ; tout en laissant entendre que Miguel Kashal est en train de muer l’ARSP en un parti politique.

Cette volonté de transformer l’ARSP à un parti politique, s’explique aujourd’hui, selon des témoignages, puisque dès sa prise des fonctions à la tête de cet établissement public, Kashal avait dans ses déclarations devant les agents et cadres, que Félix Tshisekedi l’avait plutôt chargé d’une mission politique et non administrative.

« Je suis nommé pour faire de la politique. De ce fait, je n’ai pas besoin de compétences. J’ai besoin des hommes de confiance », avait déclaré Miguel Kashal dans son speech devant les agents et cadres de l’ARSP, avant de marteler que la politique prime sur la compétence.

« Mes décisions, seul le président de la République peut les rapporter. Je ne suis donc pas liée ni au conseil d’administration encore moins au ministre de tutelle », avait-il prévenu.

Un petit potentat qui gonfle sans allure

Faute de compétence acquise, Miguel Kashal passe Maître dans l’Art du culte de la personnalité à travers ses nombreuses photos géantes posées ici et là, un peu partout, dans tous les carrefours du pays, sur lesquelles il colle également la photo du président de la République, souillant ainsi l’image de Félix Tshisekedi, pourtant opposé depuis ses années de l’opposition à ce genre d’antivaleurs.

Des dégâts causés

En effet, Miguel Kashal n’est pas à sa place. Constat fait ! Depuis sa nomination, il n’a jamais présenté devant l’établissement un plan opérationnel de ses actions à court, moyen et long terme, pour élaborer ne serait-ce que le budget de l’ARSP.

Pire encore, Miguel Kashal a suspendu des attestations d’enregistrement de sous traitants.

Ce document, explique un agent de l’ARSP, permet aux sociétés de sous-traitance d’accéder aux marchés dans ce domaine.

Pourquoi les a-t-il suspendus?

Sur place à l’ARSP, aucune explication avancée ni motif valable évoqué.

Cependant, les dessous des cartes révèlent que Miguel Kashal a suspendu ces attestations pour favoriser ses bailleurs des fonds notamment le groupe Malta-Forrest, dont il est le n°3, au détriment des sociétés congolaises.

C’est dans ces entrefaites que, des sources rapportent que Kashal a accordé en catimini une dérogation au groupe Forrest.

Déjà que le professeur Toussaint Tshilombo N’sende, avait clairement présenté Miguel Kashal dans ses débuts à l’ARSP, comme membre du groupe Forrest international.

Dans son intervention à la réception du nouveau DG, le prof avait dit exactement ceci : »avec Migeul, attendez-vous aux dégâts. Vous allez vivre les dégâts, bien des dégâts ».

À l’ARSP, agents et cadres disent aujourd’hui que ces paroles de Tshilombo N’sende étaient prophètiques car, l’établissement vit actuellement dans une situation indescriptible.

Tout est au point mort

Ces dégâts causés par Miguel Kashal le DG incompétent, stoppent net la vision du chef de l’État dans son aspect de la création de la classe moyenne et des millionnaires congolais. D’autres accusations pèsent sur ce même Kashal, entre autres ses arrivées tardives au boulot.

Selon les témoignages, ce gars pointe le nez à son bureau au-delà de 13 heures. Ce n’est pas tout. Il octroie des avantages aux personnes étrangères à l’ARSP, surtout dans les missions de service.

Récemment, il a ajoint une copine d’un sénateur dans une délégation de l’établissement dans un voyage en Afrique du Sud. Comme si tous ces dégâts ne finissaient pas, ce farfelu de Miguel Kashal, a procédé même à une mise en place qui foule au pied le cadre organique de l’ARSP.

Plusieurs de ses proches sont nommés dans cette mise en place entre autres, le mari d’une responsable d’un média congolais au poste de secrétaire général, pour assurer sa visibilité à la télévision ; la copine de son ami le sénateur et deux autres membres de sa belle famille, l’un comme responsable de l’ARSP dans le Haut-Katanga et l’autre dans le Luala. Il ne s’arrête pas là, Kashal nomme par ailleurs, un quidam au poste de directeur juridique.

Pour faire suite à sa visibilité, Miguel Kashal scinde la direction d’audit interne en trois directions foulant également au pied le cadre organique. Tout ceci, couronné aujourd’hui par la déclaration de soutien au directeur général, Miguel Kashal.

Cette journée du 25 avril a été déclaré chômée et payée à l’ARSP, en violation du droit de travail congolais.

DÉNIS NUMBI

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *