juillet 16, 2024

Le président du MLP -Mouvement lumumbiste progressiste-, Franck Diongo Shamba s’est adressé à la nation rd-congolaise comme prévu en direct de Bruxelles, le mardi 18 juin. Le farouche opposant n’a pas eu sa langue de sa poche quand il a pendant sa conférence de presse peint le tableau sombre des réactions du régime de Kinshasa.

Face à ce tableau sombre couronné par des antivaleurs de tout genre entre autres la dictateur, la violation des textes et constitution de la République, vols, détournements, injuste, aliénation de la justice, mensonges, népotisme, tribalisme, clientélisme, les guerres ethniques entretenues, les guerres dans les provinces du pays jusque dans la Capitale Kinshasa, Diongo suggère la voie de salut.

« Nous n’avons qu’une seule voie de salut : je fais un appel pathétique à nous pardonner mutuellement, nous accepter, nous tolérer, nous réconcilier et enfin, nous unir avec humilité, sincérité et vérité », a-t-il lancé dans son adresse à la nation. Diongo de poursuivre : »une seule voix unifiée est nécessaire, car la division ne mène nulle part ».

Cette voie, dit-il : »nous aidera à chasser le dictateur sanguinaire au pouvoir et à empêcher tout changement de la Constitution. Il est extrêmement irresponsable de ne pas nous unir. Nous devons mettre de côté nos égos, nos divergences et nos ambitions personnelles pour chasser TSHILOMBO, le criminel et traître national, du pouvoir ».

« Nous appelons donc à la mobilisation générale de notre peuple et de la société civile, à la relance de l’opposition, et à l’union des forces républicaines, y compris celles à l’étranger. Il est crucial d’organiser de toute urgence une Conférence des Patriotes pour l’évaluation de la situation générale, la Restauration de la République et de la Démocratie en RDC, afin de définir des actions politiques et diplomatiques pour sortir de cette crise et reconstruire notre nation », a recommandé Franck Diongo en résumé de son discours ci-dessous que C-NEWS publie en exclusivité.

Discours de Franck DIONGO à la Nation

Introduction et Contexte

Chers compatriotes, il y a 64 ans, nous avons gagné notre indépendance. Nous espérions alors une nouvelle ère de gloire pour la RDC. Malheureusement, dans moins de deux semaines, le 30 juin, nous célébrerons cette indépendance sous la dictature répressive de TSHILOMBO.

Les sacrifices de nos héros comme Patrice Lumumba, Étienne Tshisekedi et d’autres combattants de la liberté ont été trahis.

Aujourd’hui, nous vivons sous une dictature sanguinaire et corrompue qui exploite et réprime notre peuple. Elle est notamment caractérisée par l’égoïsme et le terrorisme d’État, le tribalisme, le népotisme, la violation massive des droits humains, les assassinats politiques, les exécutions extrajudiciaires, les arrestations arbitraires des opposants, des journalistes, des activistes des droits de l’homme et des mouvements citoyens. On observe également l’instrumentalisation de la justice, des services de sécurité et de l’armée.

La situation est critique.

Des conflits armés ravagent des régions entières comme en Ituri ou à Beni-Butembo, où des centaines de Congolais sont massacrés. L’islamisme gagne l’Est du pays. Des dizaines de chrétiens sont massacrés sans aucune réaction du gouvernement. L’armée nationale, malgré un budget de plus de 720 millions de dollars, est mal équipée. Les meilleurs équipements sont accordés aux forces tribales qui s’en servent surtout pour rançonner les Congolais, comme c’est le cas à Goma. Les mercenaires de triste mémoire sont de retour. La population, elle, est livrée à la violence et abandonnée à elle-même. La gestion de la défense est chaotique et totalement inefficace.

En ce mois de juin 2024, le peuple congolais fait face à une crise politique et socio-économique sévère. Les institutions étatiques sont illégitimes et contrôlées par un réseau clientéliste ethnique issu de la fraude électorale en faveur de Tshilombo et de ses complices. La fraude massive orchestrée par la CENI tribale de Tshilombo a abouti à des résultats électoraux injustifiés. À l’élection présidentielle, Tshilombo a prétendument obtenu 73 % des voix parmi 26 candidats.Aux législatives, son camp a remporté plus de 470 sièges sur 500 à l’Assemblée nationale et plus de 100 sièges sur 108 au Sénat. De plus, il s’est octroyé tous les 26 gouverneurs dans la grande territoriale.

Ces résultats d’inspiration stalinienne visent principalement à lui faciliter la tâche de changer la constitution pour rester président à vie et consolider sa dictature sanguinaire.

Les ressources minières du pays sont bradées à des intérêts étrangers, privant ainsi le pays de ses richesses.

Présentation sommaire de la situation actuelle et ses déficiences

Chers compatriotes, De 2019 à 2024, le régime a montré une volonté de coloniser le pays de l’intérieur. Les élections ont été marquées par des fraudes massives en faveur de TSHILOMBO et ses complices. Une mauvaise farce électorale qui a coûté 1,3 milliard de dollars au peuple congolais. Aucun organisme n’a enquêté sur ces irrégularités. Le gouvernement, dominé par une seule tribu, brille par son incompétence pour gérer les défis de notre pays, notamment la sécurité et la défense. La monopolisation du secteur de la défense par une clique tribale a conduit à une mauvaise gestion des ressources. Les soldats de l’armée nationale sont mal payés, mal encadrés et mal équipés, ce qui compromet leur capacité à assurer la sécurité du pays.

Pendant ce temps, les milices tribales et les groupes armés prolifèrent, aggravant l’insécurité dans des régions comme le Bandundu, l’Orientale et l’Est du pays.En fait, ce qu’on constate, c’est que la corruption gangrène toutes les institutions du pays. Une petite poignée d’individus ont mis la main sur le Trésor public. Les ressources de notre République démocratique du Congo sont monopolisées par une mafia financière qui investit à l’étranger ces milliards volés au peuple congolais.Il est inacceptable de constater qu’une poignée d’hommes et de femmes s’enrichissent éhontément alors que notre Congo est le quatrième pays le plus pauvre du monde. Le peuple congolais vit dans une pauvreté extrême. Il est livré à la faim. Il est privé du minimum vital. Indicateurs socio-économiques de la RDC (en annexes)Chers compatriotes,Tous ces indicateurs socio-économiques sont au rouge , ils révèlent un contraste saisissant : un pays potentiellement riche avec un peuple extrêmement pauvre, ils reflètent la mégestion et illustrent ainsi l’état de faillite de la nation.Solutions et perspectives pour l’avenir

Chers compatriotes, Sous le régime dictatorial de TSHILOMBO, il n’y a aucun avenir pour notre République démocratique du Congo. Fort de ce constat et malgré les arrestations et la répression chaque jour plus violente, nous devons nous unir pour rejeter la peur et lutter contre cette tyrannie. Comme l’écrivain Jorge Luis Borges l’a dit, les dictatures créent oppression et servilité, mais le pire est qu’elles fomentent la stupidité. Malgré la situation désastreuse, l’opposition politique est marginalisée et la société civile est paralysée.

Depuis la fraude électorale qui a conduit à un deuxième mandat illégitime, aucune opposition structurée n’a émergé pour contester le régime. Les exilés politiques, les journalistes et les intellectuels à l’étranger n’ont pas réussi à coordonner leurs efforts.Sachant que TSHILOMBO est devenu l’incarnation du mal, de la souffrance et de la misère de notre peuple, ainsi qu’un traître national, il est crucial, par respect pour le peuple congolais et par notre engagement sacré à défendre notre patrie, notre constitution et la démocratie électorale, de contrer cette menace plus vaste que nos ambitions personnelles.

Nous n’avons qu’une seule voie de salut : je fais un appel pathétique à nous pardonner mutuellement, nous accepter, nous tolérer, nous réconcilier et enfin, nous unir avec humilité, sincérité et vérité. Une seule voix unifiée est nécessaire, car la division ne mène nulle part. Cette voie nous aidera à chasser le dictateur sanguinaire au pouvoir et à empêcher tout changement de la Constitution. Il est extrêmement irresponsable de ne pas nous unir. Nous devons mettre de côté nos égos, nos divergences et nos ambitions personnelles pour chasser TSHILOMBO, le criminel et traître national, du pouvoir. Nous appelons donc à la mobilisation générale de notre peuple et de la société civile, à la relance de l’opposition, et à l’union des forces républicaines, y compris celles à l’étranger. Il est crucial d’organiser de toute urgence une Conférence des Patriotes pour l’évaluation de la situation générale, la Restauration de la République et de la Démocratie en RDC, afin de définir des actions politiques et diplomatiques pour sortir de cette crise et reconstruire notre nation.

En résumé, nous devons nous unir pour libérer notre pays de cette dictature, restaurer notre dignité et assurer un avenir meilleur pour les générations futures.

Que Dieu Bénisse la République Démocratique du Congo

Je vous remercie, seule la lutte libère

Fait à Bruxelles, le 18 juin 2024Franck DIONGO SHAMBAPrésident national du MLP

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *