juillet 16, 2024

En effet, la nouvelle s’était répandue telle une trainée de poudre dans la journée de vendredi 28 juin, après avoir pris connaissance de la composition des Gouvernements Provinciaux de Kinshasa et du Haut Katanga, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Jacquemain Shabani Lukoo B. s’est rendu compte que Daniel Bumba et Jacques Kyabula sont allés au-delà de ce que prévoit l’article 198 alinéa 4 de la constitution qui dit exactement ceci : »le nombre de ministres provinciaux ne peut dépasser dix ».

Il va sans dire que toute autre qualification donnée à des individus qui exercent comme ministres provinciaux est illégale.

Dans un télégramme express, il enjoint la suspension de l’investiture de ces deux gouverneurs pour insubordination.

Et depuis, les commentaires vont bon train, chacun analyse à sa manière. En réalité, le VPM n’a violé aucune loi et bien au contraire, Jacquemain Shabani s’en tient aux prescrits de la constitution et des lois notamment la loi n°08 /012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à libre administration des Provinces, telle que modifiée et complétée par la loi N°13/008 du 22 janvier 2013, le gouverneur de Province ne peut réellement poser des actes tels que créer un Service Public que quand il est investi par l’Assemblée Provinciale.

Quand Daniel Bumba se fourvoie lui-même en prétextant avoir créé des commissariats généraux sous forme des services publics, il avoue lui-même sa faute et doit très rapidement rapporter son arrêté qui nomme les commissaires Généraux.

Au terme de l’article 198 de la constitution il est dit ceci : »avant d’entrer en fonction, le gouverneur présente à l’Assemblée Provinciale le Programme de son Gouvernement; lorsque ce programme est approuvée à la majorité absolue des membres qui composent l’Assemblée Provinciale, celui-ci investi les ministres.

Cet extrait à lui seul illustre la précipitation avec laquelle les deux Gouverneurs ont agi. Ils devaient se limiter à nommer leurs ministres provinciaux, se faire investir et créer au besoin les fameux commissariats après l’entrée en fonction de leurs gouvernements respectifs. C’est tout ce qu’exige le VPM Shabani, le respect strict de la constitution.

L’UDPS a lutté pendant plus de 37 ans pour le respect des lois et surtout de la constitution, il ne faudra pas attendre que la loi soit violée sous l’œil impuissant de l’un de ceux qui portent dans leurs corps les stigmates de lutte menée par le vénérable Etienne TSHISEKEDI.

Exigence constitutionnelle de se conformer à la loi!

Que les deux gouverneurs se conforment à la loi et ils seront investis. Ils devraient avant tout rapporter leurs arrêtés nommant les Commissaires généraux, solliciter l’investiture de leurs gouvernements provinciaux.

FRANÇOIS XAVIER PÈRES

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *