juillet 16, 2024

Leader of the Democratic Republic of Congo's political party Union for Democracy and Social Progress (UDPS) Felix Tshisekedi (L) speaks with the leader of the Democratic Republic of Congo's political party Movement for the Liberation of the Congo (MLC) Jean-Pierre Bemba (R) as they give a joint press conference on September 12, 2018 in Brussels. - The Democratic Republic of Congo's highest court on September 4, 2018 ended former warlord Jean-Pierre Bemba's bid to stand in this year's presidential election, upholding an earlier ban imposed on him for bribing witnesses. (Photo by JOHN THYS / AFP)

Une info très sourcée.

Les câbles de C-NEWS ont à cet effet d’ailleurs renseigné qu’une rencontre est prévue un de ces quatre matins à Maluku entre Jean-Pierre Bemba, sénateurs, notables et responsables politiques du Grand-Equateur en vue de planifier les règles de jeu à même de porter le leader du MLC au perchoir du bureau définitif de la chambre haute du parlement rd-congolais. La date de ladite rencontre sera fixée aussitôt Bemba de retour à Kin, après les cérémonies de la commémoration du décès du vieux Janot Bemba à Gemena où sejourne l’ex vice-présidence de la République.

Pour ce faire, le sénateur MLC, le vieux Jacques Lungwana devra libérer son siège au profit de son premier suppléant, qui est la personne de Bemba ; lequel Bemba à son tour démissionnera du gouvernement pour reprendre le siège de ce dernier afin de prendre part à la course au perchoir du Sénat.

D’où les rumeurs qui ont fait état il y a peu, même dans les milieux les plus informés du pays de la démission de Jean-Pierre Bemba du gouvernement n’ont pas été un fait anodin.

C’était un ballon d’essaie en perspective du projet de Bemba de concourir à l’élection du président du Sénat. Entre temps, trois points étaient inscrits à l’ordre du jour de la réunion qui avait mis autour de Bemba les responsables politiques originaires du Grand-Equateur notamment les vieux Jean-Claude Baende et Jean-Lucien Bussa.

Il a été question : 01. Réconciliation ; 02. Présidence du bureau du Sénat qui doit revenir impérativement à l’espace linguistique Lingala et 03. Perspectives 2028.

Ainsi, les leaders du Grand-Equateur se sont mis d’accord pour désormais évoluer sur cette lancée en vue de consolider les liens pour que le Grand-Equateur reprend le fauteuil présidentiel en 2028.

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *