mai 30, 2024

Kisangani, la ville-espoir, a eu le privilège de clôturer la première phase de la tournée Amani ce mercredi 28 septembre.

Initialement prévu mardi 27 septembre, le meeting a été décalé d’un jour suite à l’absence du leader de l’Unc qui n’a pas pu faire le déplacement suite aux mauvaises conditions météorologiques à Goma où une forte pluie s’est abattue à la mi-journée, ainsi en a décidé le pilote de l’aéronef qui devait amener Vital Kamerhe et sa délégation dans la capitale de la province de la Tshopo où une foule a pointé présente à l’aéroport international de Bangboka tandis que une autre l’attendait carrément à la grande poste de Kisangani.

Très déterminés à faire triompher Vital Kamerhe, les boyomais se sont réveillés ce mercredi matin pour rééditer l’exploit d’hier.

Après avoir parcouru les 17km qui séparent l’aéroport de Bangboka à la place de la poste, le cortège de la paix est arrivé sur le lieu du meeting à 15h sous les applaudissements frénétiques de la foule.

Prenant la parole, Vital Kamerhe s’est étonné de voir la ville qui a propulsé Patrice Emery Lumumba au devant de la scène se détériorer au fil des ans et se couper de tous les sept territoires à cause de l’impraticabilité des routes. Ajouter à cela, l’électricité qui fait cruellement défaut alors que la ville de Kisangani dispose de la centrale hydroélectrique de la Tshopo mais qui tombe en panne à tout bout de champ!

A cet effet, Vital Kamerhe a promis de faire un plaidoyer pour que Kisangani, jadis troisième pool économique retrouve ses lettres de noblesse.

Compatissant au drame qui avait eu lieu en juin 2000 où deux armées étrangères s’étaient affrontées en plein centre ville de Kisangani avec plus de six mille obus lancés, occasionnant de milliers de morts et laissant jusqu’aujourd’hui des séquelles visibles dans la ville, Vital Kamerhe a rappelé à l’assistance qu’il a été la première personne (autorité à l’époque) à fouler le sol boyomais pour compatir au malheur.

Dans la foulée de cette dernière étape de la première phase de la tournée Amani, les boyomais ont, à l’unanimité, non seulement honoré mais aussi et surtout plébiscité Vital Kamerhe en chantant en tue-tête : » Kamerhe, kopesa mbongo te, toko voter yo na nkoo » entendez, » Kamerhe soit rassuré, nous allons te voter sans que tu ne nous donnes le moindre sous » Ainsi, le message est passé.

Jeff SAILE

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *