juin 20, 2024

Le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le Professeur Tony Mwaba, a été auditionné à la Commission des Droits de l’homme de l’Assemblée Nationale, ce jeudi 10 novembre 2022 dans la salle des banquets du Palais du peuple, une réponse positive à l’invitation du Président de la chambre basse du parlement. L’objectif était de passer en revue un certain nombre de problèmes liés au droit de l’éducation, garantie dans la constitution de la République. Accompagné de la Vice-ministre de l’EPST, Aminata Namasia Bazego, le professeur Tony Mwaba a répondu à toutes les préoccupations soulevées à la grande satisfaction des députés nationaux.

C’était un rendez-vous du donner et du recevoir, présidé par le Président de la Commission, le Député Simon-Pierre Iyananio. Dans son intervention, le patron de l’EPST a apporté des éléments de réponse sur des questions qui minent son sous-secteur, notamment la problématique de la désactivation des écoles ; le nombre d’écoles désactivées ; l’apport de cette désactivation dans la caisse de l’État ; la destination des fonds affectés aux écoles désactivées, étant donné que le budget était déjà en phase d’exécution pour toutes les écoles ; la politique générale du ministre pour l’amélioration du salaire et des conditions sociales des enseignants ainsi que le bon fonctionnement des écoles en vue de garantir la bonne qualité de la formation ; le sort d’un enseignant, père de famille qui tombe malade et devient invalide ; le niveau d’exécution de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement et des recommandations et accords conclus avec les Syndicats des enseignants.

Des réponses qui ont été applaudies par les Députés, membres de la Commission des Droits de l’homme, qui ont chacun posé les préoccupations d’une manière générale, d’abord sur le secteur de l’enseignement et d’autre part, d’une manière particulière en rapport avec les spécificités de chaque circonscription électorale, lesquelles préoccupations ont rencontré la réplique, combien satisfaisante du ministre Tony Mwaba qui a promis de mettre en pratique toutes les recommandations faites par ses anciens collègues.

Le professeur Tony Mwaba a été félicité et remercié par les députés nationaux, membres de la commission des Droits de l’homme, pour ses réponses qui prouvent à suffisance qu’il maîtrise les questions du sous-secteur de l’EPST.

« Le ministre a répondu à toutes les questions posées. Il est vrai qu’on ne peut pas se contenter de ce qui est fait maintenant, nous voulons qu’il fasse encore plus pour que tout enfant congolais, selon notre constitution, puisse accéder à l’éducation mais une éducation de qualité. La gratuité, oui ! Mais nous voulons que cette gratuité soit de qualité. Le ministre nous a fait part de tous les efforts qu’il déploie avec ses services pour arriver à cette qualité que nous attendons tous », a déclaré le Président de la Commission des Droits de l’homme de l’Assemblée Nationale.

De son côté, le patron de l’EPST a aussi exprimé un sentiment de remerciement à la Commission des Droits de l’homme, au travers de son Président et son bureau, pour lui avoir soumis à ce devoir républicain et de redevabilité, dans le cadre du contrôle parlementaire.

« Ça été pour nous l’occasion de montrer à la commission des Droits de l’homme de l’Assemblée Nationale tous les efforts qui ont été déjà fournis dans notre sous-secteur, en partant de l’état des lieux qu’on a fait depuis notre arrivée, et également tout ce qui reste encore à faire, mais également les moyens que cela nécessite en termes des ressources », a dit le professeur Tony Mwaba.

Cet exercice intervient au moment où l’Assemblée Nationale vient de déclarer la loi des finances 2023 recevable et versée à la Commission. Le numéro un de l’EPST a saisi cette occasion pour solliciter l’apport de l’autorité budgétaire, de manière à disponibiliser des moyens suffisants pour régler des grands problèmes qui se posent dans le sous-secteur.

Le ministre Tony Mwaba a aussi sollicité, à travers la Commission Droits de l’homme, l’appui de l’Assemblée Nationale de manière à aider le ministère dans ses démarches consistant à obtenir l’activation des ressources innovantes qui ont été identifiées dans le décret du premier ministre portant création et fonctionnement du Fonds de Promotion de l’Éducation et de la Formation (FPEF), de manière à appuyer le système éducatif congolais, au delà du budget national.

La Commission des Droits de l’homme de l’Assemblée Nationale a promis de soutenir le ministre pour aboutir à des solutions durables dans un avenir proche.

Cellule de communication de l’EPST

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *