février 25, 2024

Un brillant exposé de Vital Kamerhe au Sommet India-Afrique a coiffé la boucle auditive des participants à la 18ème édition de la Confédération de l’Industrie Indienne (CII) EXIMBANK, ouvert mercredi 14 juin 2023, à New Delhi, en Inde.

Devant un parterre d’investisseurs l’espace asiatique en général et ceux de l’inde en particulier, le Vice-Premier ministre en charge de l’économie a fait savoir que la République Démocratique du Congo pourrait résorber deux fois le déficit alimentaire mondial.

« L’organisation de ces assises traduit sans nul doute la volonté de l’Inde de renforcer la coopération économique avec l’Afrique. Il est donc de toute évidence que cette relance ne sera pas efficiente sans la prise en compte d’atouts des pays africains, et particulièrement ceux de mon pays. La RDC, aussi pays aux dimensions continentales, avec des atouts innombrables et inégalés est le cœur de l’Afrique. La RDC, grâce à sa forêt, deuxième poumon de l’humanité, ses ressources minières, notamment le Coltan, le Lithium et le Cobalt, ainsi qu’à son potentiel d’énergie hydroélectrique estimé à 100 mille MW, apparait comme d’aucuns l’appellent « l’espoir de l’humanité » en ce moment où notre planète est en train de brûler par suite du réchauffement climatique. C’est ne pas exagéré de dire que grâce à ses terres arables bien exploitées, la RDC pourrait résorber deux fois le déficit alimentaire mondial ».

Porteur d’une gibecière riche en opportunités d’investissement économique dans un environnement d’affaires assaini, le VPM de l’économie en a profité d’exprimer sa gratitude au peuple indien pour le financement de la construction du barrage hydroélectrique de Katende (au Kasaï Central) via Eximbank Inde à la hauteur de 180 millions de dollars américains.

 » Et pour ce conclave, la délégation de la RDC présentera un portefeuille de quelques projets structurants lors de la session qui lui est consacrée… D’emblée, je vous annonce que mon pays offre aux investisseurs et aménageurs plusieurs Zones Economiques Spéciales où ils bénéficieront des avantages fiscaux et douaniers ».

Convaincu que la croissance économique est tributaire du développement des infrastructures de communication et de l’énergie, Vital Kamerhe a annoncé également l’ambitieux projet de construction du chemin de fer à écartement standard, long de plus ou moins 2.500 Km linaire, qui partira du port en eaux profondes de Banana en construction sur l’océan Atlantique, jusqu’à Uvira à l’Est du pays, en vue de se connecter à Dar-es-Salam sur l’Océan indien via Gitega au Burundi ; « le dragage et le balisage du fleuve Congo, un boulevard naturel, et de tous ses affluents navigables afin de faciliter le transport intérieur ; la réhabilitation de la voie ferrée existante ; la construction et la réhabilitation des routes d’intérêt national ; les investissements dans l’agriculture ».

Il a, en outre, indiqué que plusieurs chantiers sont donc ouverts « c’est la raison pour laquelle la RDC en appelle au partenariat indien à participer effectivement au financement de ses investissements, afin de contribuer à la réalisation des objectifs de l’émergence que ce conclave s’est fixé et qui consistent à créer des synergies pour une croissance partagée ».

Le VPM de l’économie a promis à l’assistance de revenir avec force détails la journée de jeudi 15 juin consacrée exclusivement à la RDC, question de permettre aux investisseurs de cerner les possibilités véritables qu’offre le climat des affaires et les efforts déjà consentis.

Edmond Izuba

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *