février 25, 2024

C’est l’une des suggestions, que les stratèges du président sortant ont présenté à Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi ; à laquelle a adhéré le président sud-africain, Cyril Ramaphosa en séjour, dans la capitale rd-congolaise, entre autres pour y encourager le dialogue national entre tous les courants politiques pour des élections transparentes, crédibles, inclusives et apaisées.

Ce commissaire, selon les câbles de C-NEWS prendra langue avec toutes les sensibilités politiques du pays en vue d’aplanir un processus électoral apaisé à même de garantir un avenir radieux aux Congolais.

« Nous ne souhaitons pas que le pays ne puisse souffrir d’un autre problème d’illégitimité des institutions, après les élections de décembre prochain », a révélé l’un des géniteurs de cette option, tout en laissant entendre que le dialogue national reste la voie loyale pour trouver des solutions durables. Que le chef de l’État, a accepté donc de prendre le taureau par les cornes en acceptant de nommer dans un temps record un commissaire en charge de la réconciliation, paix et cohésion nationales.

Dans ces entrefaites, ce commissaire, selon toujours les câbles de C-NEWS, aura mission de départager les deux tendances qui se dégagent en rapport avec la prochaine structuration politique, à la suite des concertations que mène le président de la CENI.

Il s’agirait de trouver un compromis entre celle des parties prenantes, qui opte pour un glissement technique et celle qui soutient un glissement politique, c’est-à-dire un nouveau gouvernement d’union nationale, avec mission précise : »l’organisation des élections en prenant en compte les revendications de tout le monde ».

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *