juin 20, 2024

En principe Joëlle Bile démarre sa campagne électorale avec son offre politique « La République des valeurs » axée sur 8 prioritaires…

La candidate N°25 à la présidentielle de 2023, Joëlle Bile a dévoilé son offre politique résumée en huit (8) axes prioritaires, sur lesquels elle va s’appuyer principalement. C’est notamment, l’identification et le recensement de la population; la sécurité, la cohésion nationale et la paix; l’administration; la Justice; l’éducation; l’économie et l’Armée.


L’événement a eu lieu, ce jeudi 22 novembre, dans la grande salle (Lapina) de Notre Dame Fatima, en présence non seulement des journalistes, mais aussi de plusieurs catégories sociales. Notamment les agents et fonctionnaires de l’État.
Après la présentation succincte de son offre politique suivie de jeu de questions-réponses, la N°25 a détaillé l’idéal d’une République dite des valeurs. Elle a également manifesté son souci de parcourir toutes les 26 provinces, pour mieux palper du doigt le vécu quotidien des populations à l’arrière-pays.

Après Kinshasa, cap donc vers le Maï Ndombe, sa « base naturelle », principalement à Inongo, chef-lieu de province, première étape de sa tournée dans le Congo profond. De là, direction l’Équateur, où ses « compatriotes sont oubliés par les différents régimes qui se succèdent ». Cela, avant de boucler sa campagne dans la partie orientale du Congo, à Bukavu et Goma notamment, où les femmes, elle-même étant femme, souffrent dans leur chair les violences sexuelles et autres affres de la guerre. Question de prendre langue avec ces femmes violées et désabusées, pour voir dans quelle mesure, une fois élue, les sortir de cette situation. Candidate de la Société civile, membre à part entière de la LINA -Ligue nationale des Anamongo-, qui couvre le plus grand espace socio géographique du pays, Joëlle Bile compte sur cette Société civile qu’elle appelle sa base, pour porter son message au-delà de là où elle ne pourra y arriver pendant la campagne électorale. Quelle soit l’issue de cette compétition électorale présidentielle, Joëlle Bile sortira gagnante et ragaillardie, pour avoir, entre autres, atteint le décloisonnement de l’espace politique congolais, l’assainissement politique par les valeurs, le rajeunissement politique et la place de la femme.

Sa campagne déjà lancée

Chrétienne née de nouveau, Joëlle Bile a démarré sa campagne le dimanche 19 novembre, à la cathédrale centenaire protestante, au cours d’une messe qui a été dite pour la circonstance.

Tout en communiant avec ses frères et sœurs de l’Église, il lui appartenait, à en croire la candidate n°25 à la prochaine présidentielle, « de remettre entre les mains du Créateur, cette période tellement importante et cruciale de notre pays, pour permettre à ce que la campagne électorale soit un temps de sérénité, de paix et de cohésion, où les Congolais seront réellement conscients de l’enjeu, qui est celui de désigner celui qui présidéra aux destinés de notre pays. »

Une meilleure manière qui soit, pour la candidate n°25, d’avoir démarré sa campagne électorale.

Dévoilement de son offre politique

Après avoir lancé sa campagne électorale le même jour, tel que fixé dans le chronogramme électoral de la CENI -Commission électorale nationale indépendante-, Joëlle Bile dévoile son offre politique intitulée « La République des valeurs », ce jeudi 23 novembre 2023, à Kinshasa.

Ce dévoilement de son offre politique, sera suivi de quelques actions de grande envergure qui seront menées sur le terrain, dans la capitale rd-congolaise.

« Maï Ndombe, base naturelle »

La province de Maï Ndombe sera la première étape de la tournée de Joëlle Bile dans le Congo profond, dans le cadre de sa campagne électorale. Car, à en croire la candidate n°25, le Maï Ndombe est sa base naturelle.

« Après les différentes actions que je vais réaliser à Kinshasa, je me rendrai à Maï Ndombe, ma base naturelle, où, justement, il y aura très peu d’électeurs. Néanmoins, il s’agit de mes compatriotes. Je commence par le Maï Ndombe, principalement à Inongo, ainsi que dans les alentours et autres contrées. », a indiqué Joëlle Bile.

Le départ pour Inongo est prévu pour le dimanche 26 novembre, où la candidate n°25 passera trois (3) jours, en train de partager et d’expliquer sa vision et son programme, afin, dit-elle, de mettre dans la tête des Congolais que la candidate Joëlle Bile milite pour instaurer la République des valeurs.

Car, pour Joëlle Bile, il faudrait que chaque Congolais puisse retrouver une normalité et des standards, et qu’il puisse vivre dans un pays où tout est fait sur base de respect.

Équateur, Grand Bandundu et les Kivu

Pour autant que les moyens ne permettent pas de sillonner tout ce pays à la dimension continentale, Joëlle Bile dit qu’elle prendra tout de même « le risque d’arriver jusqu’à l’Équateur », où les compatriotes sont oubliés par les différents régimes qui se succèdent au pays.

La candidate n°25 a aussi promis d’aller à Kwilu et Kwango, pour terminer sa campagne électorale à Bukavu, chef-lieu du Sud Kivu, et Goma, chef-lieu du Nord Kivu, où les femmes, elle-même étant femme, souffrent dans leur chair les violences sexuelles et autres affres de la guerre.

Il sera l’occasion, pour Joëlle Bile, de prendre langue avec toutes ces femmes violées et désabusées, pour voir, une fois élue Présidente de la République, dans quelle mesure les sortir de cette situation.

Bile, candidate de la Société civile

Pour la candidate n°25 à la présidentielle du 20 décembre prochain, la Société civile est sa vraie base sur laquelle elle va s’appuyer, pour faire parvenir son message de campagne, là où elle n’y arrivera pas.

Joëlle Bile est membre à part entière de la LINA -Ligue nationale des Anamongo-, qui couvre le plus grand espace socio géographique du pays, à savoir Sud Kivu, Maniema, l’ex Grand Équateur, l’ex Grande Orientale, l’espace Grand Kasaï, le Maï Ndombe et Kinshasa.

Son offre : »République des valeurs »

Même si la candidate n°25 va dévoiler son offre politique intitulée « La République des valeurs », ce jeudi 23 novembre, à Kinshasa, elle en a tout de même levé quelques pans de voile, en esquissant quelques axes sur lesquels elle va s’appuyer principalement, une fois que les Congolais lui accorderont le mandat présidentiel.

Sur les huit (8) axes prioritaires que compte son offre politique, Bile survole quelques-uns, histoire de rencontrer la préoccupation du journaliste Christian Lusakweno.

Identification et recensement

L’identification et le recensement de la population congolaise reste le premier axe prioritaire de l’offre politique de Joëlle Bile. Car, à l’en croire, on ne peut pas planifier le développement ni la croissance économique, lorsqu’on ne sait pas le nombre exact des Congolais, d’une part, et, de l’autre, qui est Congolais et qui ne l’est pas à l’intérieur du pays.

Sécurité, Cohésion nationale et Paix

Comment voulez-vous qu’il y ait croissance de quoi que ce soit, si les Congolais ne se sentent pas en sécurité dans leur propre pays ?, s’interroge la candidate de la Société civile.

Pour Joëlle Bile, si toutes les richesses minières, forestières, lacustres, fluviales et même les terres du Congo ne sont pas protégées, pour que les Congolais en jouissent, et si l’homme congolais n’est pas mis en avant, les Congolais ne seront jamais respectés à l’extérieur du pays, et le Congo ne pourra pas se développer.

Fort malheureusement, c’est le constat déplorable qui s’observe au Congo.

Voilà pourquoi la candidate n°25 entend renforcer la sécurité, la cohésion nationale et restaurer la paix et l’autorité de l’État sur toute l’étendue du territoire national, pour la dignité du peuple congolais.

L’Administration

Joëlle Bile entend réformer l’Administration publique, qui est, selon elle, l’épine dorsale d’un pays. Parce que l’Administration est structurée.

Cette réforme passera, entre autres, par le respect des textes. Car, lorsque les textes ne sont pas respectés, le pays est désarticulé, a indiqué Joëlle Bile.

Justice

La candidate de la Société civile est déterminée à rendre l’appareil judiciaire rd-congolais beaucoup plus fort. Notamment, par le renforcement des capacités des magistrats, en leur garantissant un meilleur traitement.

C’est seulement à ce prix là, que la Justice sera véritablement indépendante, et les fléaux de la corruption et de la concussion seront éradiqués, ainsi que l’impunité.

C’est également une bonne manière de faire respecter les textes du pays, pour rendre plus forte l’Administration publique.

« Éducation de qualité pour tous »

L’éducation d’un peuple, de la jeunesse et des enfants, est, pour Joëlle Bile, assure l’avenir du Congo.

À quoi alors doit ressembler les Congolais dont nous serons fiers demain ? Quel est le système éducatif que nous mettons en place, pour ces Congolais de demain ?

Autant de questions, du reste non exhaustives, que ne cesse de se poser la candidate n°25, dont le souci est de ne pas tenir certains Congolais en dehors d’un système qui doit normalement permettre l’équité.

Car, Joëlle Bile veut qu’il y ait l’équité pour tous les Congolais, avec l’éducation de qualité pour tous les Congolais.

Une éducation pour tous que la candidate de la Société civile promet de défendre, dans le cadre de son programme, une fois élue.

Économie tournée vers l’agriculture

Joëlle Bile veut que la RDC -République démocratique du Congo- se tourne désormais vers l’agriculture, et se départir de l’économie extractive. Puisque le Congo ne profite d’ailleurs même pas beaucoup de ses propres richesses minières.

Pour preuve, Joëlle Bile met à défi quiconque lui brandirait le nom de quelque entreprise minière, locale ou étrangère, qui fait des dépôts de plus de 20 milliards de dollars américains à la BCC -Banque centrale du Congo-.

La raison pour Joëlle Bile est que le Congo ne bénéficie pas de ses minerais.

Voilà pourquoi, elle propose de tourner vers l’agriculture. « Il est donc temps de nous tourner vers une autre économie, à savoir l’agriculture. L’agriculture aide le pays à devenir souverain et fort. Que l’agriculture soit mécanisée. », a déclaré la candidate de la Société civile.

Conclusion

Joëlle Bile a aussi parlé de la Santé et de l’Armée, non sans promettre d’entrer en détail ce jeudi 23 novembre, lors de la présentation de son offre politique.

Quelle soit l’issue de la compétition électorale présidentielle, Joëlle Bile, cette femme aux multiples casquettes, dit qu’elle sortira gagnante et ragaillardie, pour avoir atteint le décloisonnement de l’espace politique congolais, l’assainissement politique grâce à des valeurs, le rajeunissement politique et la place retrouvée de la femme dans les postes d’influence, de décisions et d’autorité.

CP

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *