juillet 16, 2024

Faustin Shamba adresse ce plaidoyer à Félix Tshisekedi dans son interview exclusive ci-dessous à C-NEWS.

Comment vous présenter?

Je suis Faustin Shamba Milambo, licencié en Planification Régionale et Nationale.

Vous êtes donc un pygmées universitaire?

J’ai un parcours très élogieux par mes collègues de travail d’une part et d’autre part mes supérieurs hiérarchiques entre autre, assistant d’universités, journaliste à la rtnc, inspecteur chef de division à l’inspection générale de la Territoriale, expert ou conseiller en prévention et traitement des conflits coutumiers au seins de la Cellule technique d’appuis aux affaires coutumières et intégration des peuples autochtones pygmées au ministère de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières…

Avez-vous le temps pour toutes ces charges?

Ce n’est pas tout. Je suis président nationale de la voix des autochtones du Congo, Cadre de l’école du parti à l’UDPS et conseiller du secrétaire général de l’UDPS Augustin Kabuya Tshilumba.

Pourquoi à l’UDPS?

En effet, les peuples Autochtones pygmées dont nous avons le privilège de représenter ici, sommes les premiers habitants du Congo et sommes présents dans 22 provinces sur 26, dans 55 territoire sur 151, et 421groupements.

Comme pour dire que le peuple pygmées n’a plus à se cacher?

A en croire, depuis l’indépendance de 1960 jusqu’à ce jour les peuples pygmées vivent dans la discrimination, marginalisation, exclusion, spoliation de leurs terres coutumièrement héritées de nos ancêtres.

Voulez-vous dénoncer ici cette discrimination aujourd’hui des longues dates?

Ces peuples de nature pacifique tiennent à avoir ses propres interlocuteurs à tous les niveaux des responsabilités au pays en vue de donner l’équilibre dans la gestion de la chose publique, comme l’exige les articles 13, et 51 de la constitution du 18 Février 2006 et la loi n*22/030 du 15 juillet 2022 portant protection et promotions des droits des peuples autochtones pygmées dans ces articles 14 et 30.

Vous vous êtes appuyé sur ces articles de la constitution pour faire entendre ainsi votre voix?

Oui, c’est justement dans cette optique qu’en plus des ONG, ces peuples ont mis en place le premier et l’unique mouvement politico-citoyen depuis 2019, dénommé : »La Voix des Autochtones du Congo » (VAC), en sigle, tout en s’accrochant à la vision du Chef de l’État FATSHI, laquelle consiste à placer l’homme au centre de toute action, afin de faire entendre leur voix et se faire valoriser étant donné que nous avons des atouts susceptibles de contribuer au rayonnement de notre Patrie.

Pourquoi porter dans ce cas les couleurs de l’UDPS, plutôt que celles de la société civile?

Il est vrai que ce mouvement est parmi les associations et mouvements proches de l’UDPS car moi-même initiateur, je suis et restera membre de l’UDPS depuis l’opposition.

A combien pouvons-vous estimer votre apport à l’UDPS?

Une Multitude. J’ai facilité une adhésion massive des milieux des autochtones au seins de l’UDPS à travers le pays. Toutes ces personnes restant fidèles, et loyales constants au parti, se voyent non inclus et même leurs leaders sommes jamais mandatés dans la gestion de la chose publique proposé par l’UDPS.

Donc, c’est pour un poste au gouvernement qui explique votre adhésion à l’UDPS?

Notre absence dans le gouvernement montre que l’intégration des pygmées pose encore d’énormes problèmes dans ce grand parti, temple de la démocratie, et pourtant ces leaders ont été à la première ligne dans le combat et ont risqué comme le tout monde de leur vie pendant des années à côté du Président Félix Tshisekedi.

Vous déplorez qu’en dépit de cet accord, Félix Tshisekedi vous a tout de même oublié?

Nonobstant tout ceci, ces derniers, unis comme un seul homme étaient déterminés de donner les 100% de leurs voix au Président FATSHI pour l’obtention de son deuxième mandat. Ce qui est chose faite. Ceci était pour eux, je voudrais mes frères pygmées, une manière de manifester la gratitude au président FATSHI pour avoir promulgué leur loi sur les autochtones.

Parce que vous tenez à intégrer le gouvernement. Avez-vous été reçu par l’informateur?

Je vous ai dis au début que je suis son conseiller. En outre, la nomination de l’honorable Augustin Kabuya comme informateur a été une bonne nouvelle pour les pygmées qui le considèrent comme un père.

Comment ça?

Sa nomination vient de confirmer sa fidélité, sa loyauté et la confiance toujours renouvelée que le chef a vis-à-vis de sa personne. Il est donc un modèle de patience et loyauté à suivre en politique et nous le félicitons.

Qu’attendez-vous de lui?

Nous restons confiants qu’avec la volonté du président FATSHI, cette fois-ci les pygmées verront leur cause prise en compte dans la formation du gouvernement pour cette mandature.

Vous y tenez, alors que Félix Tshisekedi est Maître dans l’Art des fausses promesses?

Nous donnons le maximum de chance à FATSHI béton pour que ce mandat soit fructueux et une réussite totale. Nous demandons à notre président de se faire entourer des personnes loyales, intègres, dignes de confiance et patriotes. Il doit éviter les erreurs du passé comme il l’avait dit et nous sommes prêts à lui faire voir certaines des erreurs.
Toutefois, sommes confiants en sa détermination à faire du Congo est pays où il fait beau vivre, un Congo grand et prospère. Que le Dieu des nos ancêtres l’accompagne dans ce combat.

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *