avril 19, 2024

La rédaction de C-NEWS s’est donnée l’exercice d’examiner la qualité et l’expérience que peuvent avoir les 29 candidats à la course au gouvernorat de la capitale rd-congolaise.

Dans cet exercice, il se dégage deux générations notamment celle des candidats dites emblématiques de la vieille école politique et connus du public d’une part et d’autre part celle des nouveaux venus.

Parmi ceux de la veille école, C-NEWS en a compté plus ou moins quatre à savoir l’ex ministre des Mines sous 1+4, Eugène Diomi Ndongala ; le double candidat malheureux à l’élection du gouverneur de Kinshasa en 2006, puis à la présidentielle de 2011, Adam Bombole Intole ; l’ancien ministre d’État près le Parlement, Jean-Pierre Lisanga Bonganga et l’agent secret congolais, le professeur Bonifa Kabisa.

Dans la nouvelle génération, des noms comme Daniel Bumba Lubaki, Aimé Mbuyi, Thynot Boyela, Yves Ekombolo et Zacharie Bababaswe, le colistier du candidat Bussy Waso Alain, fils d’un diplomate et responsable dans une banque de la place ont été retenus sur la liste des candidats à l’élection du gouverneur de Kinshasa.

Décryptons ces candidats

Le cas par exemple de Diomi, les Kinois se souviennent de son histoire. Un repris de justice, pour plusieurs cas de viols l’ayant conduit à Makala. Diomi Ndongala n’avait pas fait bonne presse à son passage au ministère des Mines. Il a laissé des cadavres dans les placards du ministère des Mines, pour lesquels cadavres il a été chassé du gouvernement.

Adam Bombole Intole, un homme d’affaires, dont les activités sont en faillite. Ce dernier n’a jamais prospéré non plus en politique. Il a été candidat malheureux au gouvernement de la ville en 2006 face à l’ancien gouverneur André Kimbuta. Comme si cela ne suffisait pas, le même Bombole a été de nouveau candidat malheureux à la course aux fonctions suprêmes de la République à la présidentielle 2011.

Jean-Pierre Lisanga Bonganga. Un pillier de la politique rd-congolaise, aux côtés d’Étienne Tshisekedi. Il a signé l’accord de Saint – Sylvestre, à l’origine du gouvernement Bruno Tshibala. Il est connu dans la classe politique rd-congolaise comme fondateur de plusieurs regroupements politiques en séries.

Professeur Kabisa. C’est un stratège bien connu des services secrets rd-congolais. Un analyste des questions politiques et judiciaires. Il a été l’un des responsables au cassier judiciaire. C’est un criminologue de formation.

Daniel Bumba Lubaki. Celui-ci est à peine connu à l’élection législative nationale pour avoir été soutenu par l’UDPS sous pression des Ne-Kongo. Sa chance comme celles de tous les candidats Ne-Kongo d’accéder au gouvernorat deviennent hypothétiques avec l’avènement d’une première ministre issue de cette même contrée.

En suite, vient Thynot Boyela. Ce juriste est avocat au barreau de la Gombe et tient un cabinet d’avocats dans la même commune. Dans notre démarche de décryptage des candidats gouverneurs de Kinshasa, nous avons mis la main sur des éléments crédibles affirmant que Me Boyela avait démissionné de ses fonctions alors qu’il exerçait comme directeur de cabinet au ministère de la solidarité et actions humanitaires. Un fait rarissime, dans l’histoire de la politique africaine en général et de celle de la République démocratique du Congo en particulier. L’histoire qu’à cet effet, que seul l’ancien premier ministre Lunda Bululu, d’heureuse mémoire démissionna de ses fonctions.

Donc, Me Boyela est de cette race que nous pouvons nommer aujourd’hui « le petit Lunda Bululu ».

Yves Ekombolo. Pas non plus connu, mais les gens disent qu’il est un Maître dans l’Art de l’organisation…

(Ci-dessous la liste provisoire et des candidats gouverneurs de Kinshasa)

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *