mai 29, 2024

Aujourd’hui, ce contrat est sous renégociation pour remettre à l’Etat congolais représenté par la MIBA, de rentrer dans ses droits régaliens qui étaient systématiquement violés sous la plume du DG André Kabanda Kana.

C’est seulement après avoir pris connaissance de cet état de chose que le Président du Conseil d’Administration a régulièrement convoqué le conseil d’administration pour examiner ce faux contrat, suivant les dispositions des statuts de la Miba.

A cet effet, il sied de signaler que l’approbation d’un contrat au conseil d’administration est régie par la règle de la majorité.

Enfin, le Président du Conseil d’Administration de la MIBA informe qu’il n’a été ni partie prenante, ni associé de loin ou de près dans les négociations et la conclusion du dossier Sacim au moment des faits, car il se trouvait à l’étranger où il exerçait encore ses fonctions d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC en Chine.

A vrai dire, cette affaire ressemble bien à une dispute professionnelle entre un médecin et une infirmière qui sont au chevet d’un grand malade minier qu’est la MIBA. Il ne faut donc pas chercher des boucs émissaires ailleurs pour justifier un conflit entre deux individus. Le Président du Conseil d’Administration Jean-Charles Okoto Lolakombe s’exprimera à ce sujet le week-end prochain pour mettre les points sur les « i ».

Service de communication du Président Jean-Charles Okoto Lolakombe

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *