mai 30, 2024

Je vous souhaite de prime à bord une bonne journée. Et donc j’allais dire merci à l’ensemble de la 33e promotion pour m’avoir désigné au regard des critères qui ne sont connus que de vous-même pour être le parrain de cette promotion.
J’allais dire que ce c’est un honneur mérité, ce n’est pas toujours par hasard, ni un hasard que des élites de votre rang, des élites de votre corps se permettre de faire des choix hasardeux.

Je reviens sur le mot « hasard » trois fois. Ça veut dire que ce choix était au milieu d’autres choix bien pensés. Mais au-delà des humains que nous sommes, je pense qu’il y a la volonté de Dieu aussi, qui à moment donné met les uns et les autres ensemble.

Lorsque j’ai été informé de votre choix, je n’ai pas hésité après avoir pris connaissance de ce que ça voulait dire, je n’ai pas hésité d’accepter. La responsabilité et le rôle du parrain que vous m’avez attribué méritait d’être assumé. Donc j’ai dit oui à votre délégation. Voilà pourquoi aujourd’hui, malgré les contretemps multiples, nous avons trouvé l’occasion d’être là devant tous ces grands officiers, tous ces futurs officiers plus grands qu’aujourd’hui, parce qu’il en sera ainsi, pour nous voir pour la première fois pour certains.

Il était donc important que le parrain connaisse ces filleuls. Je pense que c’est aujourd’hui que nous établissons cette relation que vous avez souhaité et pour laquelle je n’ai pas hésité d’accepter pour que commence une histoire pour la 33ème promotion avec ma modeste personne.

Je voudrais ici dire que ce choix est fait dans un contexte particulier pour la République démocratique du Congo, où l’armée nationale est engagée dans le combat contre les agresseurs, l’agresseur bien identifié par ailleurs, le Rwanda; qui se permet de pouvoir menacer l’intégrité de notre territoire et la souveraineté nationale. Je voudrais au nom de tous les combattants au front, que nous observions une minute de silence.

Cette minute de silence observée signifie tout simplement que nous avons nos pensées tournées vers ceux qui se battent, vos pairs qui se battent pour défendre le pays, pour défendre le peuple congolais, pour défendre l’intégrité territoriale, telles que sont vos missions. La Constitution de la République démocratique du Congo est très claire sur la question relative à la défense de notre pays.

Voilà que nous acceptons ce rôle en ce moment particulier, je pense que la première chose que je devrais dire sur laquelle vous penchez tous les jours et pour laquelle vous vous battez tous les jours, que nous nous engageons vous et moi en particulier: à défendre le pays, à défendre l’intégrité du territoire, à défendre le peuple congolais. Et je pense que ceci ne peut pas être oublié un seul instant. Et je sais que ceci est votre préoccupation de tout le temps.

Je viens aussi dans ce contexte dire que nous sommes ensemble, nous soutenons ensemble nos forces armées. Nous soutenons ensemble chaque militaire pris individuellement qui est au front, et celui qui est dans les autres structures de l’armée qui pense et travaille pour bouter hors d’état de nuire l’ennemi de la RDC.

En tant que parrain, j’assume ma charge… Tout à l’heure le commandant m’a indiqué le rôle du parrain, c’est une lourde charge mais moi j’aime les équations difficiles et complexes parce que leurs réponses sont généralement très simples.

Je ne voudrais pas ne pas manquer cette occasion pour donner quelques conseils sur les valeurs.
Je sais que vous vous devez savoir qu’on ne devient pas premier de la classe par hasard. On ne devient pas premier seulement par hasard dans la vie. Ce sont ceux qui sont assidus, ceux qui sont déterminés, travailleurs qui émergent, qui réussissent quelques soient les obstacles.

L’un de mes profs à l’université, quand nous finissions m’a dit :  » les meilleurs finissent toujours par émerger. » Et je souhaite que mes filleuls se classent dans la catégorie des meilleurs. Le meilleur se remarque aussi par sa qualité exemplaire en milieu du travail comme dans le milieu familial. Le meilleur impose une façon de voir, une façon de faire, une façon de parler. Je sais qu’ici se trouve les meilleurs, parce que vous avez passé un test et que vous avez réussi.

Je voudrais que votre promotion puisse avoir comme slogan:  » être le meilleur parmi les meilleurs ». Moi-même j’aime être le meilleur, j’aime être parmi les premiers dans le travail, dans la vie; mais dans l’honnêteté et dans la vérité. Je pense que chaque chacun de vous aime être le meilleur.

Ainsi, le Congo va avoir plusieurs meilleures. Et lorsque le pays va avoir plusieurs meilleures dans tous les domaines, le pays va décoller, le pays va faire c’est qu’on appelle le bon de crapaud. Et ce qu’on croit être difficile aujourd’hui peut-être très facile à réaliser, si on a des meilleur de meilleurs qui soient les plus nombreux devant toutes les couches sociales et en particulier dans l’armée nationale . Parce que sans un pays sécurisé, sans l’intégrité territoriale pour sauvegarder la souveraineté nationale et protéger le reste, la nation n’existera pas.

Je sais que les Force Armées vont relever les défis que nous imposent les petits pays voisins .

Jean-Lucien Bussa

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *