juillet 16, 2024

Un 30 juin pas comme tous les autres en République démocratique du Congo

Pas comme les autres, puisque à la suite de la dernière sortie médiatique du président élu Martin Fayulu Madidi, en rapport avec sa demande sur la transparence des élections et l’audit du fichier électoral par un cabinet spécialisé crédible, neutre et international, le président de la CENI – commission électorale nationale et indépendante, Dénis Kadima s’est résolu lui-même d’inviter les quatre leaders de l’opposition pour une séance de travail au Fleuve Congo-hôtel, le 30 juin, jour de l’indépendance du Congo.

À l’ordre du jour de cette séance de travail : »traîter et trouver un compromis autour de tous les préalables qu’exigent les quatre candidats présidents, pour des élections crédibles, c’est-à-dire, libres, transparentes, impartiales, inclusives et apaisées ».

Les invitations sont ainsi nominées selon les câbles de C-NEWS à la CENI : à monsieur Fayulu Madidi Martin, à monsieur Katumbi Chapwe Moïse, à monsieur Matata Mponyo Mapon Augustin et à monsieur Sesanga Hipungu Dja Kaseng Kapitu.

« Que cette séance de travail ne soit pas une salle manœuvre pour tourner en bourrique les quatre leaders en vue de faire passer le temps », avertit un analyste politique de très haute portée, dans un échange sur ce sujet avec la rédaction de C-NEWS.

Les opposants, dit-il : »doivent impérativement demeurer solides et fermes dans leurs nobles et salvatrices revendications. Étant que les espoirs du peuple réposent sur leurs épaules ».

De marteler à cet effet ceci : »pas question de reculer. Le fichier électoral doit être audité, le contentieux sur les listes électorales doit avoir lieu pour corriger les erreurs de frappes sur les noms, les adresses et sur d’autres éléments de la carte des électeurs ».

Ce n’est pas tout, prévient notre interlocuteur, que les opposants sortent de cette séance de travail du Fleuve Congo-hôtel avec le bureau de la CENI avec assurance que les listes des électeurs seront bel et bien affichées dans les différents bureaux.

C’est une question de vie ou de mort. Ça casse ou ça passe, le message du président élu ayant été pris en compte, avec la volonté d’améliorer le processus, d’en rendre crédible, libre et transparent, comprenez que Kadima a réalisé que sans Fayulu et l’ensemble de l’opposition, on ne peut pas prétendre ou parler des élections inclusives en République démocratique du Congo.

La population attend donc du président de la CENI, les réponses claires aux revendications du Président élu Martin Fayulu :

  1. Le contentieux des listes électorales,
  2. L’audit externe du fichier électoral par un cabinet international compétent ,
  3. La suite sur les bureaux fictifs, les matériels de la CENI retrouvés dans les mains des responsables de l’Union sacrée ;
  4. La mise en place d’un cadre de concertation tripartite : opposition, l’union sacrée et société civile.

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *