mai 30, 2024

Avec ces réseaux sociaux aujourd’hui, monsieur Ipaka, qui peut, être considéré journaliste?

Le concept du journaliste n’est pas lié à mon humble avis, à un quelconque avènement des réseaux sociaux. Le journaliste est et restera toujours celui qui récolte, traite et diffuse l’information qui en la formation c’est-à-dire quelqu’un qui soit passé sur le banc d’une école de journalisme.

Quelle est la nuance entre un journaliste et un professionnel des médias?

Pour être bref, tout journaliste peut être un professionnel des médias. Par contre tout professionnel des médias n’est pas nécessairement un journaliste.

Comment?

La loi 002 du 02 juin 1996 qui regit l’exercice du métier en RDC, définit un pro des médias comme étant tout celui dont les 80% de son revenu annuel proviennent de la collecte, traitement et diffusion de l’information.

Même sans carte de presse?

Cela se confirme justement par l’obtention ou possession de la carte de presse. Donc ici tout celui qui participe à une de ses trois étapes de la communicabilité d’une information est professionnel des médias. Dans l’esprit de cette loi.

Dans ce cas, cela n’exclut pas un vendeur des journaux par exemple?

Un vendeur des journaux quelle que soit sa formation, si les 80% de ses revenus annuels proviennent de cette tâche, qui permet la diffusion de l’information de la presse écrite, est professionnel des médias. Une carte de presse bien sûr faisant foi, des opérateurs de prise de vue, des preneurs de son, l’éclairagiste… tous ceux qui participent à une des chaines dans la diffusion de l’information sont professionnels des médias s’ils répondent aux critères cités ci-dessus. Ceci contrairement à la loi de 1981, qui parlait, en évoquant ceux qui exerçaient le métier de journaliste : » est journaliste » …

C’est qui un communicateur?

Ce terme a un peu pris une connotation politique ces derniers temps en RdC, eu égard à l’ampleur qu’il a pris dans différents camps politiques.

Peuvent-ils être considérés comme des porte-paroles?

En réalité, un communicateur est un porte-parole. Il peut l’être pour une personnalité tout comme pour une institution. C’est cette personne qui est censée soigner la bonne image de la personnalité ou l’institution dont il est porteur de la voix.

En faisant quoi?

Par des informations vraies et fondées pour ne pas dire vérifiables. Malheureusement de nos jours, les communicateurs sont des propagandistes, ou comme l’essor des relations publiques, qui défendaient à tout prix une personnalité, une institution, voire avec des informations idéologiques, à l’huile de la trombone à coulisse pour ne pas dire erronées ou montées de toute pièce.

C’est qui un journaliste en bref?

Un journaliste c’est celui qui a une formation en journalisme, celui qui est passé sur le banc d’une école de journalisme.

Ce métier est-il encore porteur de son essence?

Malheureusement cher confrère, avec la crise multiforme qui frappe le pays, le métier est envahi par des moutons noirs, qui foulent au pied l’éthique et la déontologie de noble métier. Ces derniers n’ayant que des intérêts mercantiles dans l’exercice du métier. Ce d’ailleurs ce qui rend impossible la création d’un ordre des Journalistes ou professionnels des médias, parce que la formation dans la corporation n’est pas unique.

C’est qui un mouton noir?

Un mouton noir est tout celui nuit à la noblesse du métier de journalisme. Ces nuisances prennent plusieurs formes. Rançonner un client avec un reportage non publié, parce que ne possédant pas un organe de presse . Publier des fausses informations pour nuire à la réputation d’une personne, monnayer un article non commandé, publier un fake news dans le but de faire du buzz… Bref tous ceux qui exercent le métier en foulant au pied son éthique et sa déontologie est un mouton noir selon moi.

JOHN TSHINGOMBE LUKUSA

Share this...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *